arshileGorkyRubriqueAside_layout

Ces deux livres font partie de la liste établie pour 2018–2019 des douze livres que les étudiants de M2 doivent lire pour prendre une vue globale de l'anthropologie dans son actualité.

La maladie et le corps du patient — 1 et 2

Objet du débat —
Quelle place pour la biologie en médecine?

1/ 3 décembre 2018
L'intégrité du corps, la vie des organes et la mort du patient

Le débat sera présenté à partir d'une lecture de:

Margaret Lock
Twice Dead.
Organ Transplants and the
Reinvention of Death

University of California Press, 2002

Dans la Bibliothèque Tessitures:
Anthropologues 1970s → > Lock (Margaret)

2/ 10 décembre 2018
La pluralité des corps vécus et la réalité du vivant

Le second séminaire sur la maladie et le corps sera consacré à:

Annemarie Mol
The Body Multiple.
Ontology in Medical Practice

Duke University Press, 2002

Dans la Bibliothèque Tessitures:
Sociologues > Mol (Annemarie)


L'anthropologie médicale américaine «classique» constituée dans les années 1970, était explicitement culturaliste et constructionniste. Les maladies (sicknesses) qui étaient l'objet d'étude des anthropologues américains de l'époque étaient «des réseaux culturellement construits liant les significations symboliques d'une part aux processus physiologiques et psychologiques et à l'expérience personnelle de la maladie, et d'autre part aux situations sociales, aux relations interpersonnelles et aux facteurs de stress», culturally constituted networks that link symbolic meanings to physiological and psychological processes and the personal experience of sickness, on the one side, and to social situations, relationships, and stressors on the other.*

* Arthur Kleinman, What Kind of Model for the Anthropology of Medical Systems?, American Anthropologist 80.3 (1978): 663.

Dans cette approche culturaliste, toujours florissante aujourd'hui, les sciences et les techniques proprement cliniques, chirurgicales ou pharmaceutiques sont ignorées, tandis que sont publiés, sur les questions de société relatives à la santé, des essais d'anthropologie souvent extrêmement brillants sur la souffrance sociale, la domination des stéréotypes masculins en biomédecine ou l'addiction aux médicaments psychotropes.

Au tournant des années 2000, néanmoins, un autre paradigme, en anthropologie appliquée à la maladie et au corps du patient, s'est imposé sous l'influence de deux évolutions historiques massives: la mondialisation (globalization) des dons d'organes et des techniques de procréation médicalement assistée, et la mondialisation des industries pharmaceutiques appelant à une nouvelle anthropologie du médicament.