arshileGorkyArticleMenu_layout

Stratégies, performance et action — 1

Objet du débat —
Décrypter la logique et les enjeux d'une pratique sociale

18 décembre 2017
Stratégies des échanges matrimoniaux

A partir d'une lecture critique de:

Pierre Bourdieu (1930–2002),
Le bal des célibataires.
Crise de la société paysanne en Béarn
,
Paris, Le Seuil, 2002

Ce livre de poche, paru quelques mois après la disparition de l'auteur, est la réédition groupée des trois articles suivants:

1°) Pierre Bourdieu, Célibat et condition paysanne, Études rurales, 5–6 (Avril–Septembre 1962), pp.32–135. 2°) Pierre Bourdieu, Les stratégies matrimoniales dans le système de reproduction, Annales. Histoire, Sciences Sociales, 27e Année, 4–5: Famille et Société (Juillet-Octobre 1972), pp.1105–1127. 3°) Pierre Bourdieu, Reproduction interdite: La dimension symbolique de la domination économique, Études rurales, 113–114 (Janvier-Juin 1989), pp.15-36. Avec un erratum dans le numéro suivant: Erratum: Reproduction interdite: La dimension symbolique de la domination économique, Études rurales, No. 115–116 (Juillet–Décembre 1989), p.315.

Dans la Bibliothèque Tessitures:
Sociologues > Bourdieu (Pierre)

Une variante française de l'interactionnisme symbolique

En France comme aux Etats-Unis émergeaient dès les années 60 pour s'imposer dans les deux décennies suivantes de nouvelles approches de la logique pratique, c'est-à-dire à la fois commode et tournée vers l’action, à laquelle nous avons recours dans nos transactions familiales, économiques et sociales et dans l'accomplissement des rites de la vie quotidienne, politique ou religieuse. Aux Etats-Unis, ce fut la grande époque de l'interactionnisme symbolique particulièrement développé à l'Université de Chicago et d'abord en sociologie depuis Georges H. Mead (Mind, Self and Society, 1934) en passant par Erving Goffman qui exerça une forte influence sur Pierre Bourdieu.

Comparer l'article de 1962 et l'article de 1972

C'est entre ces deux dates que l'auteur devint le Bourdieu que nous connaissons aujourd'hui. Tout était déjà dit dans l'article de 1962, mais seul le concept d'habitus était utilisé. C'est seulement au tournant des années 70 et dans les textes publiés la même année en 1972, les uns sur la Kabylie (dans Esquisse d'une théorie de la pratique) et l'autre sur le Béarn (dans la revue Annales), qu'est complètement déployée la terminologie associant habitus, stratégies et capital symbolique.

Je privilégierai dans ma lecture et j'étudierai de plus près l'article de 1962 et je vous recommande de faire de même pour les raisons que je précise plus loin: sa modestie, la présentation très vivante d'une société à maisons, et sa qualité d'écriture ethnographique.

Par contre, pour situer les recherches de Bourdieu sur le Béarn à leur juste place dans son œuvre, il est extrêmement significatif de rapprocher et comparer entre eux l'article de 1972 sur le Béarn, «Les stratégies matrimoniales dans le système de reproduction», et l'article de 1972 sur la Kabylie, «La parenté comme représentation et comme volonté». Ce sont deux chefs d'œuvre et deux volets d'un diptyque. Sur l'article Kabylie, étudié l'an dernier, vous pouvez vous reporter aux archives du séminaire à la page:

http://ehess.tessitures.org/controverses/archives-2016-2017/la-parente/parente-representation-et-volonte/

Nous sommes en 1972: Tournant majeur dans l'anthropologie française, et dans les études de parenté. Critique radicale de l’objectivisme alors dominant. Rupture avec le structuralisme, qui privilégiait l'étude des règles et des normes pour expliquer les pratiques de la vie sociale. De la règle aux stratégies: Ses travaux ethnographiques en Kabylie et, parallèlement, en Béarn conduisent Bourdieu à développer le concept de «stratégie matrimoniale».

Cf. De la règle aux stratégies, 1985: «Mes recherches sur le mariage en Béarn ont été pour moi le point de passage, et d'articulation, entre l'ethnologie et la sociologie. J'avais d'emblée pensé ce travail sur mon propre pays d'origine comme une sorte d'expérimentation épistémologique: analyser en ethnologue dans un univers familier (à la distance sociale près) les pratiques matrimoniales que j'avais étudiées dans un univers social beaucoup plus éloigné, la société kabyle…»

Pierre Bourdieu et Pierre Lamaison, De la règle aux stratégies: Entretien avec Pierre Bourdieu, Terrain 4, Numéro thématique sur Famille et parenté (mars 1985): 93–100.

Trois raisons de lire aujourd'hui l'article de 1962

1°) C'est une version pleine de fraîcheur et une version modeste de la sociologie du sens pratique que développera Bourdieu ensuite dans un langage que d'aucuns trouveront prétentieux.

2°) C'est la présentation la plus claire et la plus synthétique de la parenté béarnaise comme exemple d'une société à maisons.

«L'article de 1962 fit à sa sortie une forte impression. On y trouvait, dans une langue claire et vigoureuse, indemne de tout galimatias, de tout martèlement de formules, un exposé captivant, émaillé d'illustrations concrètes, du système béarnais de transmission de l'héritage et de perpétuation de la descendance, tel qu'il fonctionnait autrefois, puis qu'il a dégénéré durant le siècle. Au cœur de cette description, le sort peu enviable réservé aux célibataires. […] En deux mots. c'est un système «à maison» centré sur une préoccupation fondamentale qui est d'assurer la pérennité et l'intégrité de l'exploitation agricole, source de la richesse et symbole de l'honneur familial. Cela implique que l'on renonce au partage égal de la succession: on la lègue toute entière à l '«aîné» (ie l'héritier) des garçons, qui n'est pas nécessairement le premier né, ou, à défaut de garçon, à l'«aînée» des filles sous même stipulation. Le conjoint qu'il (ou elle) trouvera apportera une dot, proportionnelle à sa richesse et à son statut, qui permettra de caser maritalement au moins l'un des cadets (ou des cadettes). Le cas idéal, parce qu'il évite toute sortie d'argent, est celui où l'aîné de la famille A épouse une cadette de la famille B tandis que l'aîné de la famille B épouse une cadette de la famille A. Les autres enfants? Ou bien, munis d'un faible pécule, ils partiront chercher du travail à la ville ou à l'étranger, ou bien ils se fixeront au foyer de l'aîné dans la position de domestiques condamnés au célibat. […] Bourdieu met en lumière l'extension récente de ce célibat contraint et forcé aux «héritiers» qui autrefois trouvaient facilement des conjoints. À la différence des cadets, ils auraient les moyens d'entretenir une femme, elle leur serait même nécessaire pour gérer convenablement leur exploitation, mais ils n'en trouvent pas.»

Jean-René Tréanton, Compte rendu de: Pierre Bourdieu, Le bal des célibataires. Crise de la société paysanne en Béarn, Revue française de sociologie, Vol.44, No.1 (Janvier–Mars 2003), pp.143–145.

Sur les sociétés à maisons, si vous êtes intéressés par ce chapitre très important des études de parenté depuis les années 70, vous retrouverez Bourdieu confronté à Lévi-Strauss sur la page:

http://ginger.tessitures.org/terre-des-vivants/corps-relationnels/cycle-2015-2016/societes-a-maisons-apres-levi-strauss/

3°) C'est un modèle de belle ethnographie, spécialement dans la section 4 intitulée Le paysan et son corps. L'empathie, qui est l'une des qualités requises d'un ethnographe, y est perceptible. On lira l'article de 1962 en ayant présentes à l'esprit les réflexions autobiographiques et rétrospectives de Bourdieu dans l'Introduction de 2002, p.11:

A travers l'immersion totale s'accomplit une réconciliation avec des choses et des gens dont l'entrée dans une autre vie m'avait insensiblement éloigné et que la posture ethnographique impose tout naturellement de respecter. Le retour aux origines s'accompagne d'un retour, mais contrôlé, du refoulé. De tout cela, le texte ne porte guère la trace. Si quelques notations finales, vagues et dissertatives, sur l'écart entre la vision première et la vision savante peuvent laisser entrevoir l'intention de réflexivité qui était au principe de toute l'entreprise (il s'agissait pour moi de «faire un Tristes Tropiques à l'envers»), rien, sinon peut-être la tendresse contenue de la description du bal, ne vient évoquer l'atmosphère émotionnelle dans laquelle s'est déroulée mon enquête. Je repense par exemple à ce qui a été à l'origine de l'enquête, la photo de (ma) classe qu'un de mes condisciples, petit employé à la ville voisine, commente en scandant impitoyablement «immariable» à propos de près de la moitié des présents; je pense à tous les entretiens, souvent très douloureux, que j'ai menés avec de vieux célibataires de la génération de mon père, qui m'accompagnait souvent et qui m'aidait, par sa présence et ses interventions discrètes, à susciter la confiance et la confidence…