arshileGorkyArticleMenu_layout

La parenté et les échanges de biens — 1

Objet du débat —
Poids relatif des personnes et des choses dans les liens de parenté

29 janvier 2018
Parenté des personnes, dévolution des choses

Le débat sera présenté à partir d'une lecture critique de:

David Schneider,
A Critique of the Study of Kinship,
Ann Arbor, University of Michigan Press, 1984

Dans la Bibliothèque Tessitures:
Anthropologues 1930s–1980s > Schneider (David)

La controverse centrale dans la société contemporaine sur le rôle, indispensable ou non, de la procréation dans la construction des liens de parenté est née sous sa forme actuelle en 1984, lorsque David Schneider dans A Critique of the Study of Kinship discrédita définitivement l'idée reçue depuis le 19ème siècle selon laquelle la parenté au sens de kinship (la consanguinité) était transmise par les substances corporelles (le sang) reçues à la naissance.

Dans l'ouvrage de 1984 qui a changé le cours des études de parenté, David Schneider opérait un déplacement décisif, de l'idée d'affiliation (être membre d'un groupe de parents) à l'idée de possession (posséder en commun des biens ou des droits sur une maison ou des terres par exemple). En décrivant à nouveaux frais les liens de parenté observés sur l'île de Yap en Micronésie, il opérait un déplacement décisif, en substituant aux relations entre les personnes affiliées à un même groupe (de parenté) les relations des personnes avec les choses dont elles partageaient l'usage ou la possession (un lopin de terre, un jardin, une habitation par exemple). Dans les trente ans qui ont suivi la publication de cet ouvrage, les anthropologues de la parenté, entérinant ce déplacement, ont raffiné à l'extrême l'étude de la parenté construite sur toutes sortes de possessions partagées ou faisant l'objet de dons et contre-dons.


Manuel pour les études de parenté

Dans la Bibliothèque Tessitures:
Parenté > Enquête sur la parenté

Francis Zimmermann, Enquête sur la parenté, Paris, Presses Universitaires de France, 1993.

Pour mieux connaître David Schneider

Dans la Bibliothèque Tessitures:
Anthropologues 1930s–1980s > Schneider (David)

Le véritable tournant dans l'œuvre de David Schneider se produit en 1968 avec la publication du livre séminal où sont formulées pour la première fois toutes les distinctions conceptuelles fondatrices d'un nouveau culturalisme américain:

David M. Schneider, American Kinship. A Cultural Account, Chicago, The University of Chicago Press, 1968.

Une autobiographie intellectuelle sous le regard d'un historien:

Richard Handler, Schneider on Schneider. The Conversion of the Jews and Other Anthropological Stories. David M. Schneider as told to Richard Handler, Edited, Transcribed, and with an Introduction by Richard Handler, Durham, Duke University Press, 1995.


Les deux moitiés du livre de 1984

Le livre se divise clairement entre une première moitié (pp.1–92) centrée sur l'ethnographie de l'île de Yap que Schneider recueillit en 1947–1948 et qu'il compléta à partir de nouvelles enquêtes publiées par une demi-douzaine de plus jeunes chercheurs dans les années 1970, — et une seconde moitié (pp.95–201) centrée sur l'histoire des études de parenté et des analyses théoriques et conceptuelles.

C'est la moitié historique, théorique et conceptuelle du livre qu'ont retenue des générations d'étudiants depuis trente ans. Deux des formules les plus brillantes forgées par Schneider, rhétoricien hors pair, constituent a contrario la vulgate culturaliste en matière de parenté: «la Doctrine de l'Unité généalogique du Genre Humain» (pp.119 et suivantes), et «le Postulat Fondamental selon lequel Le Sang est plus Epais que l'Eau» (pp.164 et suivantes). Les étudiants bien formés doivent avoir lu ces pages, en saisir l'ironie et en interpréter correctement la signification critique. Schneider fait exploser deux concepts classiques: le concept de généalogie et le concept de consanguinité (liens du sang), qui avaient l'un et l'autre une connotation biologique et constituaient le fondement d'une polarité entre biologie et société en anthropologie depuis la fin du 19ème siècle.

Cependant, la valeur scientifique et la force démonstrative du livre sont tout entières dans la première moitié (pp.1–92) et, si vous choisissez d'écrire votre devoir sur Schneider, votre commentaire composé doit porter sur ces 92 pages et vous devez vous plonger dans le détail technique de cette monographie de l'île de Yap. Du point de vue de l'écriture ethnographique, ces 92 pages sont un chef d'œuvre de précision, de concision et de logique démonstrative. A vous d'en proposer une lecture critique et personnelle.