arshileGorkyArticleMenu_layout

Anthropologie, histoire et linguistique — 2

Objet du débat —
Les langues ne sont pas transparentes

22 janvier 2018
Politique, idéologie et linguistique

A partir d'une lecture critique de:

Kathryn A. Woolard,
Singular and Plural: Ideologies of
Linguistic Authority in 21st Century Catalonia,
New York, Oxford University Press, 2016

Dans la Bibliothèque Tessitures:
Anthropologues linguistes > Woolard (Kathryn)

Kathryn Woolard est professeur d'anthropologie à l'UC San Diego., l'un des hauts-lieux de l'anthropologie linguistique américaine.

Une idéologie linguistique est un système de postulats (assumptions) déterminant la position politique, morale et sociale de ceux qui y adhèrent concernant leur identité linguistique et l'autorité de la langue à laquelle ils s'identifient et déterminant les usages de cette langue dans la vie sociale.

(p.7) By language ideologies we mean socially, politically, and morally loaded cultural assumptions about the way that language works in social life and about the role of particular linguistic forms in a given society.

Tandis que le titre du livre fait référence à l'identité à la fois singulière et plurielle de la Catalogue, le sous-titre fait référence à la question politique de l'autorité, reconnue ou contestée, de la langue catalane. Dans la première partie de Singular and Plural sont présentées deux idéologies relatives au statut et à l'usage de la langue catalane. Deux idéologies linguistiques s'affrontent sur la scène politique: une idéologie de l'authenticité, et une idéologie de l'anonymat.

Une idéologie de l'authenticité d'une langue donnée comme la langue catalane «soutient qu'une variété donnée de langue est enracinée dans la nature de ceux qui la parlent et exprime directement l'essence de cette communauté de langue [language community] ou de ses locuteurs individuels» (p.7). Cette idéologie est essentialiste, la langue est l'essence même de ceux qui la parlent. Une idéologie de l'anonymat (anonymity), au contraire, «soutient qu'une langue donnée est un véhicule neutre de communication, qui n'appartient à personne en particulier et qui est donc également accessible à tous» (p.7). En dépit de leur opposition, ces idéologies adhèrent toutes les deux au postulat du naturalisme sociolinguistique (sociolinguistic naturalism) selon lequel «une forme linguistique donnée existe indépendamment de la volonté des locuteurs humains, elle correspond naturellement et directement à un état de choses sociales donné» (p.7).

Trois problématiques commandent donc l'analyse des nouveaux enjeux politiques, moraux et sociaux de la langue: l'authenticité d'une langue, l'anonymat d'une langue, le naturalisme social des formes linguistiques. Les revendications et les controverses relatives aux nouveaux enjeux sociaux de la langue catalane au vingt-et-unième siècle «se développent à la fois dans la sphère publique et dans les vies individuelles» (p.12). La sphère publique est l'objet de la deuxième partie du livre, les vies individuelles l'objet de la troisième partie. La première partie était introductive. C'est dans les parties II et III que se déploie la richesse de l'enquête ethnographique. Pour votre commentaire composé, vous devez vous limiter à un chapitre choisi dans la partie II ou à une vingtaine de pages choisies dans la partie III, selon que vous choisissez de travailler plutôt à l'interface de l'anthropologie politique (en II), — ou plutôt, dans la ligne d'une anthropologie de l'expérience vécue, sur la personne, l'éducation et des histoires de vie (en III). Woolard a mené de front ses recherches à ces deux échelles ou sur ces deux niveaux, this book explores both social levels (p.12), mais vous devrez choisir et vous limiter à un seul que vous choisirez en fonction de vos orientations personnelles.

Trois dossiers ethnographiques sont étudiés dans la partie II, trois controverses sur la langue qui se sont développées dans les médias: 1°) Une controverse sur les compétences linguistiques de José Montilla, Président de la Generalitat (2006–2010), un immigré originaire d'Andalousie. 2°) Une controverse sur le choix d'Elvira Lindo, une madrilène auteur à succès de livres pour enfants en castillan, pour donner en castillan la conférence d'ouverture des fêtes de la Mercè à Barcelone en 2006. 3°) Une controverse autour de la désignation de «la culture catalane» comme invité d'honneur à la Foire du Livre de Francfort en 2007. Choisissez l'une de ces controverses, et une seule, pour votre commentaire composé.

Les pratiques linguistiques interpersonnelles et les opinions individuelles sur la récupération institutionnelle du catalan dans l'enseignement secondaire sont l'objet de la partie III. Si vous choisissez de travailler sur ces expériences vécues, il est vivement recommandé de prendre ensemble les chapitres 6 et 7 (pp.211–304), et de choisir la vingtaine de pages à commenter en procédant de façon transversale, pour confronter sur des thèmes donnés, les données ethnographiques recueillies par Kathryn Woolard auprès de deux générations successives de lycéens entre 1987 et 2007. La dimension diachronique est instructive dans une période de rapides changements politiques et culturels.

Servez-vous des concepts introduits dans la première partie comme de clés de lecture de cette ethnographie. Pour ma part, dans ma lecture de ce livre et par choix personnel, je me suis plus particulièrement intéressé à la troisième partie (une anthropologie de l'expérience vécue autour de la langue catalane), et j'ai privilégié le thème du naturalisme spontané des militants catalans et l'analyse du processus récent de dénaturalisation de la langue observé par Woolard.

Je serai conduit à préciser la différence entre ce que Kathryn Woolard appelle «l'anonymat» d'une langue et ce que j'entends pour ma part sous le mot de «transparence», quand je formule l'objet du débat en disant: Les langues ne sont pas transparentes. Ce n'est pas la même chose que de dire qu'elles sont anonymes. Le même décalage, entre la terminologie consacrée dans l'anthropologie linguistique américaine et le vocabulaire dont j'ai hérité de la philosophie européenne, s'observe quand je dis «langue maternelle» pour désigner ce qu'en américain on nomme first language.


Lectures et documents complémentaires

Pour contextualiser Singular and Plural, vous devez cerner la question de l'idéologie linguistique en Catalogne en vous armant de deux types de connaissances préalables: 1°) Sur le plan local, un minimum de connaissances sur la langue catalane et son histoire jusqu'à la situation politique actuelle; 2°) Sur le plan théorique, un minimum de connaissances sur l'étude anthropologique des idéologies linguistiques.

La langue catalane et son histoire:
http://www.axl.cefan.ulaval.ca/monde/catalan.htm

7.500.000 habitants en 2016, dont 15% d'immigrants.

Langues que les Catalans identifient comme les leurs (2008)
Langue maternelle Langue d’identification Langue usuelle
Catalan 31,6 % 37,2 % 35,6 %
Castillan 55,0 % 46,5 % 45,9 %
Catalan et castillan 3,8 % 8,8 % 12,0 %

Woolard, p.3, donne les mêmes chiffres pour la «langue maternelle» appelée en anglais first language:

Less than one-third of the population of Catalonia now speaks Catalan as its first language. In contrast, about 55% of the adult population are first-language speakers of Castilian.

Une présentation claire en français de la situation linguistique et politique:

Dans la Bibliothèque Tessitures:
Anthropologues linguistes > Woolard (Kathryn)

Henri Boyer, Langue et nation: le modèle catalan de nationalisme linguistique, Mots. Les langages du politique, n°74: Langue(s) et nationalisme(s), mars 2004, pp.27–41; [En ligne sur revues.org], 74 | 2004.

[Incidemment, on doit déplorer le manque de neutralité et de rigueur scientifiques de la revue Mots, qui milite depuis ses débuts pour une simplification autoritaire et brutale de la langue française; ce dogmatisme militant conduit à omettre systématiquement les accents circonflexes en français. Mais on remarquera ici qu'il y a deux poids deux mesures entre le français et le catalan. La différence de traitement entre le français et le catalan, dont tous les accents sont scrupuleusement respectés dans cet article, est aussi ridicule scientifiquement que scandaleuse politiquement. L'auteur de l'article n'est évidemment pas responsable de cette politique éditoriale: comme tous les auteurs souhaitant être publiés, il n'avait le choix qu'entre se soumettre ou retirer son manuscrit.]

Sur le concept d'idéologie linguistique:

Dans la Bibliothèque Tessitures:
Anthropologues linguistes > Woolard (Kathryn)

Kathryn A. Woolard and Bambi B. Schieffelin, Language Ideology, Annual Review of Anthropology, Vol.23 (1994), pp.55–82.

Bambi B. Schieffelin, Kathryn A. Woolard, Paul V. Kroskrity, Eds., Language Ideologies. Practice and Theory, New York, Oxford University Press, 1998.