arshileGorkyArticleMenu_layout

Performance, émotion et ritualisation — 1

30 janvier 2017
La performance entre rituel et stratégie

Le débat sera présenté à partir d'une lecture critique de:

Clifford Geertz,
Negara. The Theatre State in 19th Century Bali
,
Princeton NJ, Princeton University Press, 1980

Dans la Bibliothèque Tessitures:
Anthropologues 1930s–1980s > Geertz

Objet du débat:
Dans l'expression théâtrale de l'ordre du monde, quel rôle jouent respectivement la ritualisation d'une part et la stratégie politique d'autre part? Plus largement dit: est-ce par le religieux ou par le politique que l'Etat spectacle entre dans les esprits?

Le royaume à Bali était un Etat spectacle:

(13) It was a theatre state in which the kings and princes were the impresarios, the priests the directors, and the peasants the supporting cast, stage crew, and audience.

Les rituels royaux étaient un théâtre métaphysique:

(104) The state ceremonials of classical Bali were metaphysical theatre: theatre designed to express a view of the ultimate nature of reality and, at the same time, to shape the existing conditions of life to be consonant with that reality; that is, theatre to present an ontology and, by presenting it, to make it happen — make it actual.

Il faut faire converger l'ethnographie, l'iconographie et la philologie (les textes classiques) pour mettre en évidence la foi religieuse que renferme et véhicule la performance dramatique:

(104) They must be made to converge in such a way that the concrete immediacy of enacted theatre yields the faith enclosed within it.

Dans cette politique spectacle, la performance dramatique (enacted theatre) est à la fois un rituel et une stratégie, qui ont pour objectif, en faisant naître des émotions, d'inculquer dans la population le sens de la hiérarchie:

«Les cérémonies publiques», résume Emmanuel Terray dans son précieux compte rendu, «expriment ou manifestent l'ordre du monde tel que la communauté le conçoit, et ce faisant elles jouent un rôle paradigmatique vis-à-vis de l'ordre social: elles proposent à la communauté un modèle, des normes qui trouvent leur fondement ultime dans l'armature invisible de l'univers. Bien entendu, la hiérarchie des êtres et des choses est le thème central de la célébration: il s'agit tout d'abord de la poser comme le principe organisateur de toute réalité.»

Etudes critiques

Dans la Bibliothèque Tessitures:
Anthropologues 1930s–1980s > Geertz

Deux excellents comptes rendus de Negara sont disponibles dans la bibliothèque, ainsi que les textes les plus célèbres de Clifford Geertz (1926–2006). Mais il faut surtout lire la mise en perspective perspicace et percutante que propose:

David N. Gellner, Religion, politics, and ritual. Remarks on Geertz and Bloch, Social Anthropology 7.2 (1999): 135–153.

Lectures complémentaires

Pour situer Geertz entre Erving Goffman et Victor Turner:

Dans la Bibliothèque Tessitures:
Sociologues > Goffman

Erving Goffman, Le cadre théâtral, Chap.5 de E. Goffman, Les cadres de l'expérience [Frame Analysis, 1974], Paris, Minuit, 1991, pp.132–159.
Phil Manning, Drama as Life: The Significance of Goffman's Changing Use of the Theatrical Metaphor, Sociological Theory, Vol.9, No.1 (Spring, 1991), pp.70-86.

Dans la Bibliothèque Tessitures:
Anthropologues 1930s–1980s > Turner

Victor Turner, From Ritual to Theatre. The Human Seriousness of Play, New York, PAJ Publ., 1982.